Accueil / Non classé / La tour D2 croit au béton 2.0 – Batiactu

La tour D2 croit au béton 2.0 – Batiactu

Le chantier de la tour D2 progresse vite : premier immeuble de grande hauteur à exo-structure métallique et noyau béton du quartier de La Défense, il constitue également un terrain d’expérimentation pour plusieurs solutions innovantes. Le béton auto-plaçant, utilisé pour réaliser le noyau, intègre des puces RFID contenant des informations utiles à la traçabilité des matériaux.

Cette nouvelle technologie permettra donc de recueillir rapidement et par une méthode non destructive les informations liées au béton, qui seront de plus stockées de façon illimitée, pendant toute la durée de vie du bâtiment. En 2014, d’autres données pourront même être associées : émissions de COV, origine du matériau, pourcentage de matières recyclées, FDES, bilan carbone, résultats de contrôle qualité post-livraison… les possibilités sont infinies. Une piste pour le cimentier qui envisage un nouveau service de lecture et de stockage des données qui constitueront à terme un véritable ADN de l’ouvrage, jusqu’au moment de sa déconstruction et du traitement de ses déchets. Vus les progrès rapides des technologies, il est envisageable que des instantanés d’ouvrages dans leur ensemble, avec géolocalisation individuelle des puces, soient possibles dans un avenir relativement proche. De quoi intéresser de nombreux acteurs du secteur : entreprises de BTP, maîtres d’ouvrages, gestionnaires de parcs immobiliers, assureurs… Le bâtiment vit donc, à son tour, une révolution numérique. […]

La trame de la résille métallique qui englobe la tour D2 possède un motif en losanges qui suit la courbure de l’immeuble. Chaque demi-losange, formé d’un triangle isocèle, mesure trois étages de haut. La façade se pare peu à peu des vitrages et des capots de protection grâce à un outillage spécifique et une logistique très étudiée.

Un lecteur portable actif permet, par balayage, de relever l’identité des puces RFID noyées dans la masse de béton des voiles verticaux. Une fois le numéro capturé, il renvoie vers les informations associées comme la provenance du béton, son type et ses caractéristiques, la date et l’heure de sa fabrication, etc.

Les puces mesurent 1,2 cm de diamètre et ne modifient pas les caractéristiques du béton dans lequel elles sont incorporées. Environ 4 puces sont nécessaires par gâchée pour être certain d’obtenir une lecture par la suite. Le ferraillage augmente les interférences. […]

viaPuces RFID – Batiactu.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*